Dans les coulisses d’une image (1)

Ce mois de septembre 2013 était particulièrement propice à la photographie! Les levers et couchers de soleil flamboyants et colorés ont magnifié ce début d’automne…, mais faute de temps, ou victime de mes mauvais choix (…de l’art de se rendre, au bon moment,… au mauvais endroit!!!) , je n’ai pas eu le privilège de ramener le moindre cliché exploitable !
Afin de rendre cette rubrique un tant soi peu vivante, je mets à exécution une idée qui me traverse l’esprit depuis quelque temps : dévoiler la face cachée de certaines de mes photographies.

Dans les coulisses d’une image / Épisode 1 :

Si certaines photos ne suscitent aucune interrogation par leur simplicité, d’autres sont le fruit de circonstances, d’anecdotes, de choix techniques, d’une préparation minutieuse, de coups de chance ou de déboires riches et variés! Celle que je me propose de vous dévoiler aujourd’hui… est un subtil mélange de tout cela !!!

Lorsqu’ avec mes amis Diois nous partons pour une traversée des Hauts-Plateaux du Vercors à skis, ce 21 mars 2009, toutes les conditions sont réunies pour que je réalise un cliché imaginé depuis quelque temps : un filé d’étoiles sur le Mont Aiguille depuis la Bergerie de Chaumailloux. Nuit claire annoncée, lever d’un petit quartier de lune prévu vers 3h30 du matin pour éclairer légèrement les faces est, absence de vent et températures « raisonnables ». Préparation minutieuse qui intègre même le trafic aérien, ravageur avant 00h30 et après 4h30 (la densité du trafic, en dehors de ce court créneau, massacre bien souvent les poses longues de disgracieuses trainées lumineuses laissées par les avions). Tout s’annonce pour le mieux !

3h00 : Je m’extirpe du duvet, sors sous le ciel étoilé…, et rejoins l’endroit qui me semble le plus propice pour le cadrage. Là encore, rien n’est laissé au hasard ! Je configure l’appareil avec les paramètres les plus appropriés (expérience « approximative » née de bien des ratés préalables!) : Boitier solidement fixé, je prends quelques images à haute sensibilité pour « affiner » le cadrage (la pénombre empêche de voir quoi que ce soit dans le viseur). Quelques essais permettent d’ajuster l’ensemble (horizontalité, composition). Dès lors, je verrouille la mise au point sur l’infini, fixe l’ouverture (f/4.5) et la sensibilité (160 iso). Le temps de pose est enregistré dans la télécommande (45 minutes)… et le compte à rebours me permet juste de rejoindre le refuge avant que l’obturateur ne se déclenche !

Jusqu’ici, tout va bien …!

4h00 du mat’ : grain de sable dans la mécanique parfaitement huilée!!! Cindy* et Élise* (*toute ressemblance avec des personnes existantes blablabla…), qui claquent des dents depuis le début de la nuit, n’en peuvent plus de contenir un besoin naturel des plus primaire! C’est en plein milieu de ma pose longue qu’elles décident d’aller assouvir ce besoin, toutes frontales allumées, à mon grand désespoir de voir ma minutieuse préparation ravagée par leur manque manifeste de retenue!!! Je bous en moi de les savoir dehors, leurs lumières réduisant à néant mon projet, mes espoirs et mes efforts de préparation! Gros déboire qui mine un peu ma fin de nuit (et qui n’arrange pas ma « bonne humeur » parfois toute relative!!!).

7h00 : je sors encore grommelant (dans ma barbe seulement), profite d’un sublime lever de soleil et part récupérer l’appareil qui, à l’évidence, contient l’image sabotée par les pisseuses !

« Ouuuchhh !!! » : Alors même que l’image apparait sur le petit écran, je m’émerveille de voir à quel point des besoins naturels primaires peuvent magnifier une photo de nuit, le trajet circulaire de mes comparses entourant du plus bel effet le refuge, non sans rappeler la ronde des astres autour de l’étoile polaire… qui, deuxième surprise, apparait dans le champ photographié contre toute attente !

Très belle capture, fruit d’une minutieuse préparation…, mais surtout d’un incroyable concours de circonstances! Merci à la distorsion de l’objectif (17mm) qui a permis à l’étoile polaire de s’inviter dans un coin de l’image, faisant écho aux tribulations nocturnes de ces demoiselles. Merci surtout à vous, les filles, pour votre « impatience urinaire artistique non intentionnelle »…!

09-03-22 Traversée Hts Plateaux-0016-blog

Cette image est…, et restera longtemps comme l’une de mes préférées. Les circonstances et les surprises qui ont participé à ce qu’elle devienne une « réussite » méritaient bien que l’on dévoile un peu sa « face cachée »!

Cette photographie a retenue en son temps l’attention des visiteurs et du jury du premier concours photo du site camptocamp : Concours Photo Camptocamp 2009.

Je profite de ce billet pour vous inviter à visiter la page de ce même concours, qui vit actuellement sa 5ème édition : Concours Photo Sophie – Camptocamp – Édition 2013. Les amateurs de belles photos de montagne trouveront certainement de quoi satisfaire leur curiosité…! (possibilité de soumettre vos clichés jusqu’au 31 octobre).

Merci à Myriam, Sonia, Agathe, Alexis…, et bien évidemment à Cindy et Élise pour cette virée nordique !

Vincent Astier – Regards d’en haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*